Rentrée des classes

Le MAPE vous remercie de votre confiance
et souhaite à tous les élèves de Saint Mandé d'agréables vacances d'été ....

Date à retenir:

- samedi 8/09/2018 : Journée des association, sur le parvis de l'Hôtel de Ville



mardi 16 décembre 2014

Conseil d'école Maternelle Paul Bert du 4/11/14

Le premier Conseil d’Ecole de l’année scolaire 2014-2015 s’est tenu le mardi 4 novembre 2014 de 18h00 à 20h00 dans l’école.

Personnes présentes :
·      L’équipe enseignante : Mesdames Abidi Hannati (PS 4), Bédouin Elodie (PS 7), Bellier Ariane (PS 8), Boisramé Céline (MS 6 et PS 4), Chaouat Karine (MS 5), Corsini Céline (GS 1), Hammadi Zohra (GS 2), Moisy Valérie (GS 3), Essamina Nadia (MS 9) et Monsieur Weber Luc  (PS 8 et direction) ;
·      Sont excusés Mesdames Billant-Dupont Pascale (MS 5), Lecoq Grâce (PS 4), et Monsieur Merllié Damien (MS 6) ;
·      Les représentants des parents d’élèves : Mesdames Francq, Mayer, Monzel, et Monsieur Ruaud,  titulaires pour la FCPE ; Mesdames Bouchard, Depincé, et Oks pour le MAPE.
·      Madame Gouel, Conseillère municipale, représentante de la mairie.
·      Monsieur Aït Ali Akli, Directeur de l’ASLH Centre de Loisirs

1.    La rentrée : effectifs et structure
Cette rentrée 2014 est marquée par l’ouverture d’une neuvième classe.
L’école a accueilli à la rentrée 249 élèves : 88 grands, 79 moyens et 82 petits.
Il y a trois classes par niveau : 3 classes de grands, 3 classes de moyens, et 3 classes de petits, avec une moyenne de 29,66 élèves par classe.
Du point de vue de l’équipe pédagogique, on peut signaler des changements, avec l’arrivée de nouvelles enseignantes.
En grande section, Mesdames Zohra Hammadi et Valérie Moisy arrivent, avec Céline Corsini qui continue. En moyenne section, Nadia Essamina arrive, Pascale Billant-Dupont travaille avec Karine Chaouat à mi-temps, Damien Merllié travaille à mi-temps avec Céline Boisramé.
En petite section, Céline Boisramé complète le 75% d’Elodie Bedouin en PS 7, Grâce Lecoq et Hannati Abidi travaillent ensemble en PS 4, et Ariane Bellier travaille avec Luc Weber, à mi-temps aussi, en PS 8.
Il y a donc 13 enseignants sur l’école, dont 5 à temps complet et 8 qui travaillent à temps partiel.
Il faut aussi signaler la présence renouvelée pour cette année d’une aide administrative pour l’école, Madame Claire Martin, à raison de 10 h par semaine, dans le cadre d’un CUI (Contrat Unique d’Insertion).
2.    La pause méridienne
Du fait du passage à 9 classes, et de l’allongement de la pause méridienne (de 1h30 à 2h00), il a fallu organiser différemment le temps de cantine.
Auparavant, les 8 classes pouvaient déjeuner en même temps dans le réfectoire.
Ce n’est plus possible aujourd’hui. Deux services sont nécessaires, cela s’accompagne de la mise en place d’ateliers.
Cette organisation n’a pas d’impact sur les petits : ils mangent vers 12h00, après un passage aux toilettes. Une fois le repas terminé, ils rejoignent leurs dortoirs pour la sieste, dans le respect de leur rythme biologique. Les « ateliers » consistent alors en une aide à l’endormissement : chanson douce, lecture d’histoire, conte…
Les moyens et les grands ont des ateliers organisés par les animateurs et les ATSEMs. Les six classes tournent sur la semaine. Les enfants des deux classes qui mangent au deuxième service, vers 13h00, commencent la pause méridienne par des ateliers.
Les enfants qui ont mangé dès 11h45 bénéficient eux de ces ateliers après leur repas. Enfin, deux classes n’ont pas d’atelier ce jour-là ; elles déjeunent puis vont en récréation.

Monsieur Aït Ali Akli présente les ateliers : les ateliers proposés doivent permettre une activité propice à la détente et au calme. Le risque serait de faire des activités ressemblant trop à celles menées en classe. Les enfants manqueraient alors de temps de jeu. Il semble préférable d’éviter les consignes complexes, les jeux collectifs trop contraignants. Il faut aussi que les enfants aient un temps de jeu autonome et puissent jouer librement dans la cour.
Le deuxième risque est de proposer des activités qui pourraient énerver les enfants, ce qui n’est pas souhaitable. Il faut donc réfléchir à ce qu’il est possible de mettre en place.
Dans l’ensemble, les parents et les enseignants constatent que les enfants sont fatigués.
A l’accueil du matin, 35 enfants sont présents en moyenne (contre 45 l’an dernier). Mais ils sont désormais 130 au goûter de 16h à 17h, plus d’enfants fréquentent également le centre de loisirs le mercredi, et ils sont plus nombreux à rester les cinq jours.
D’autres contraintes spécifiques à l’école doivent être prises en compte :
L’espace disponible est limité. Ces ateliers peuvent être menés dans la cour quand le temps le permet, dans la salle d’activité du préfabriqué, et dans le préau. Il n’y a guère de temps pour se déplacer en dehors de l’école. L’utilisation des salles de classe à midi est une option qui a été écartée par tous.
La deuxième contrainte est celle du personnel adulte, car si de nombreux animateurs sont absents, il devient beaucoup plus difficile de faire fonctionner ces ateliers et la cantine, car les enfants mangent à table avec un adulte.
Monsieur Aït Ali propose de réaliser un affichage indiquant quelles sont les activités proposées à chaque période lors de ces ateliers du midi.

3.    Les ATSEM
En raison de l’ouverture d’une neuvième classe, l’équipe enseignante et les parents d’élèves ont demandé le recrutement d’une ATSEM supplémentaire. Pour des raisons budgétaires, la mairie refuse de donner une suite favorable à cette demande.
De plus, le départ d’une ATSEM en province prochainement inquiète l’équipe enseignante et les parents. Il est demandé à la mairie d’indiquer ce qui est prévu pour son remplacement.
En attendant, l’école reste donc avec 7 ATSEM « fixes » pour 9 classes, plus une autre, « volante », qui effectue des remplacements sur toutes les écoles maternelles de la commune, les classes de petits étant prioritaires.
Ainsi, 3 ATSEM travaillent avec les Petits, 3 autres avec les Moyens ; il n’en reste qu’une pour les Grands. En cas de maladie, de journées de formation, ou de concours, il devient très difficile de fonctionner dans un cadre offrant toutes les conditions de sécurité, notamment en grande section, si un enfant est malade.
L’entretien du petit matériel, la préparation des fruits de la collation, les déplacements dans les escaliers, l’intervention en cas d’accident de propreté, le soin aux enfants qu’il faut changer, tout devient plus compliqué.
L’école rencontre aussi un problème avec le temps dévolu au ménage.
L’organisation du travail des ATSEM a été changée à la rentrée. Elles sont réparties en 2 équipes : une travaillant de 7h30 à 16h15, et l’autre de 8h15 à 17h00.
Les ATSEM encadrent désormais les enfants lors de l’accueil du matin, de 7h30 à 8h35, heure d’ouverture de l’école. Ce travail était autrefois effectué par les animateurs.
Puis elles sont dans les classes, avec les enseignants et les enfants.
Elles enchaînent avec la cantine et les ateliers du midi. Elles surveillent la sieste.
Après une demi-heure de pause, elles reprennent le travail dans les classes.
Celles qui finissent à 16h15 ont alors très peu de temps pour s’occuper du nettoyage et du rangement de leur classe.
De sorte que celles qui restent jusqu’à 17h00 doivent s’occuper des neuf classes.
Une entreprise extérieure s’occupe désormais du nettoyage des sols. Cela oblige les ATSEM à lever les chaises le soir pour que les employés puissent laver le sol. Or le matin, ce sont 270 chaises qu’il faut redescendre, et les ATSEM qui sont à l’accueil des enfants ne peuvent le faire. Cette manutention repose alors sur les 3 ATSEM qui commencent à 8h15. Et s’il manque du monde, les chaises restent sur les tables.
De même, le temps manque pour les lessives de draps et de bavoirs.
La préparation des activités et le rangement des classes sont aussi rendus plus difficiles. Les enseignants essayent arrêter les activités « salissantes », comme la peinture, à 15h30 pour que les ATSEM puissent s’avancer dans leur ménage pendant le temps de classe, ce qui a un impact pédagogique.
Souvent, les ATSEM restent bien après l’heure officielle de fin de journée. Si cela fonctionne, c’est parce qu’elles sont consciencieuses et investies, et qu’elles font preuve de bonne volonté.
Par ailleurs, elles sont plutôt satisfaites de leurs horaires, et de se voir revaloriser dans leur fonctions. Cependant, l’intensité accrue de leur travail pose des questions sur la viabilité de ce fonctionnement à long terme.

Il est demandé à la Mairie de  repenser cette organisation du travail : rendre les tâches d’accueil du matin aux animateurs, et libérer les ATSEM le matin pour qu’elles puissent se consacrer au travail d’entretien des classes avant l’arrivée des élèves.

4.    Le règlement intérieur
Le règlement intérieur est modifié en raison des changements de jours et d’horaires. Ces changements ont été communiqués aux familles sous la forme d’un avenant distribué dans les cahiers de liaison en début d’année.
Les points 4 et 5 changent comme suit :
« 4. Horaires :
- Accueil à 8h35 et 13h35, 10 minutes avant le début des cours
- Début des cours à 8h45 et 13h45.
- Sortie des classes à 11h45 et 16h00.
- Pause méridienne : les élèves qui déjeunent à la cantine sont pris en charge à 11h45 par les animateurs, jusqu’à 13h35.
- Activités Pédagogiques Complémentaires (APC) : elles sont proposées en dehors des heures scolaires pour de petits groupes d’élèves. Elles se déroulent, selon les classes, soit ou de 11h45 à 12h15 deux fois par semaine, soit de 16h00 à 17h00 une fois par semaine. Pour les enfants bénéficiant des APC, avec l’accord des parents, la sortie se fait soit à 12h15, soit à 17h00.
- Important : le respect de ces horaires est nécessaire pour le bien-être des enfants, le bon fonctionnement des classes, la sécurité de l’école…
5 Organisation du temps scolaire :
- L’école fonctionne selon le calendrier national, quatre jours et demi par semaine : lundi, mardi, jeudi vendredi toute la journée, et le mercredi matin. »

Il est aussi rappelé qu’en raison du plan Vigipirate, « Les parents ne peuvent se rendre seuls dans les classes, couloirs ou autres lieux sans l’autorisation de l’enseignant ou du directeur en dehors des heures et des lieux d’accueil. »
Il est procédé au vote et le règlement intérieur 2014-2015 est adopté à l’unanimité.

5.    Les projets pour l’année
Les classes de découverte :
Le projet de classe découverte à Romagne (86) n’est pas renouvelé pour cette année. Cette année, une seule grande section partira en classe transplantée, si le projet est validé par l’Education nationale. Il s’agit de la classe n°3 de Madame Valérie Moisy qui voudrait passer cinq jours à la ferme. Les objectifs sont de favoriser le développement de l’autonomie et de découvrir la vie à la campagne. Cette classe « ferme» se déroulera du 12 au 16 mai 2014, avec voyage en car, à Tannerre en Puisaye, dans l’Yonne (89350).
Les sorties :
-       PS : Parc des félins ou zoo de Vincennes au printemps
-       MS : ferme pédagogique en juin
-       MS Sortie théâtre à Charenton
-       GS : Sorties pommes, cueillette du Plessis à Lumigny (77)
 / Parc de la Villette / Parc de Bercy / Bibliothèque
-       Sorties au bois de Vincennes
La chorale :
Elle est dirigée par Mme Céline Corsini. Elle a lieu dans le préfabriqué de la cour, le mercredi de 9h15 à 9h45, une fois tous les 15 jours (4 ou 5 classes chantent chaque semaine).

6.    Les Activités Pédagogiques Complémentaires
Les Activités Pédagogiques Complémentaires (APC) s’ajoutent aux 24h d’enseignement par semaine sur le temps scolaire, et se déroulent par petits groupes d’élèves. Elles sont organisées par les enseignants après la classe. Pour les grandes sections, c’est le lundi soir de 16h00 à 17h00 ; pour les moyennes et les petites sections, le lundi et le jeudi entre 11h45 et 12h15. Elles peuvent s’adresser à tous les élèves selon les besoins identifiés par les enseignants. Elles permettent une aide aux élèves rencontrant des difficultés dans leurs apprentissages, une aide au travail personnel, la mise en œuvre d’une activité prévue par le projet d’école. Elles nécessitent l’accord des parents, qui sont prévenus individuellement des jours où leur enfant sera pris en APC.

7.    Hygiène et sécurité
De gros travaux de peinture ont été entrepris cet été : classe 6, classe 7, dortoir classe 7, dortoir classe 8 et salle des maîtres ont été repeints. L’équipe enseignante est satisfaite, et souhaite voir ces efforts d’embellissement se poursuivre pour les classes à l’étage.
D’autres travaux ont été réalisés pendant les vacances de la Toussaint : le faux plafond et l’électricité ont été refaits dans la classe 8.
Du fait de l’ouverture de la classe 9, le dortoir de la petite section a été transféré dans le préfabriqué. L’école a demandé des travaux d’amélioration du chauffage, de l’isolation, et l’installation d’un téléphone dans ce local, pour des raisons de sécurité. Des sondes ont été posées pour contrôler les variations de température dans ce lieu.
Aucune suite n’a été donnée concernant le téléphone.
Il est également rappelé que l’équipe enseignante demande depuis des années l’installation d’un téléphone dans la salle des maîtres, car le seul téléphone existant se trouve dans le bureau de la direction, ce qui n’est guère pratique quand il s’agit de joindre une famille ou de réserver une sortie.
L’ordinateur du bureau de direction a été changé et un autre a été installé dans la salle des maîtres, tous deux modernes, performants, connectés à internet.
Un important problème de sécurité s’est récemment posé aux abords de l’école : la première borne qui contrôle l’accès à la rue Paul Bert étant cassée, cela a permis à des véhicules indésirables de stationner juste devant l’école.
Or si l’école est à Saint-Mandé, le trottoir et la rue sont situés sur la commune de Paris.
Cette question de territoire a compliqué l’intervention des différents services de police, les véhicules étant restés 48h, vides, devant l’école, sans que personne ne soit en mesure d’intervenir…
La procédure devrait être beaucoup clairement coordonnée entre Saint Mandé et Paris : sinon, qui agit rapidement en cas de problème, notamment en cette période de Vigipirate renforcé ?
Dans tous les cas, la borne cassée doit être très rapidement remplacée, de telle sorte que des véhicules inconnus ne puissent plus stationner à la porte de l’école.
Une question est aussi posée quant à la disparition de l’agent de police municipale qui assurait la circulation et sécurisait le passage des piétons au carrefour des avenues Victor Hugo et du Général de Gaulle. La représentante de la Mairie déclare qu’elle va se renseigner.
Les dates des deux prochains Conseil d’Ecole de l’année sont fixées les jeudis 12 mars et 11 juin 2015 de 18h00 à 20h00.
A 20h20, l’ordre du jour étant épuisé, le Conseil est levé.


                                   Le directeur, Luc Weber

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire